Explication d’une tradition, le Grand Avent, propre aux communautés hébréophones du Vicariat Saint-Jacques en Israël.

great_advent

La coutume du Grand Avent est observée depuis plus de trente ans à la kehilla de Jérusalem. Depuis 2011, la kehilla de Haïfa l’a également adoptée. Les prêtres du Vicariat Saint Jacques ont décidé que le caractère particulier du Grand Avent doit être préservé, et que toutes nos communautés du Vicariat l’observeront à partir de 2014.

Voici résumée l’origine de cette tradition :

- Puisque nous vivons en Israël, au milieu du peuple juif, il convient que le Nouvel An juif soit aussi le début de notre nouvelle année, d’autant qu’il n’y a pas de fondement théologique ni liturgique à la célébration du nouvel an le 1er janvier ; en réalité, dans la tradition latine, le nouvel an liturgique commence quatre semaines avant Noël.

- De même, il convient que l’Eglise Catholique en Israël accorde une plus grande signification aux figures bibliques qui marquent d’importants moments de l’histoire du salut, de la création jusqu’à la naissance du Messie, et que ces figures soient célébrées dans la liturgie. La période de l’année qui s’étend de "Simhat Torah" (la joie de la Torah, qui clôt la Fête des Tabernacles) jusqu’à Noël est la plus propice à cet usage, car c’est le moment où le peuple juif commence le cycle de la lecture de la Torah. Il est significatif que, au moment où le peuple juif commence son année liturgique par la lecture de "Bereshit", continuant ensuite avec "Noah" et "Lekh lekha", nous aussi, communautés catholiques en Israël, nous faisions en même temps mention d’Adam et Eve, de Noé, d’Abraham et d’autres figures exemplaires de l’Ancien Testament, qui préparaient la venue du Messie lorsque les temps seraient accomplis.

La période du Nouvel An juif jusqu’au Grand Avent

- Puisque le Nouvel An juif marque la création d’Adam et Eve, cette fête peut être pour nous aussi une occasion de célébrer Dieu comme "Créateur du Monde", une célébration qui n’existe pas exactement comme telle, en tant fête particulière dans le calendrier liturgique catholique romain. Le premier jour de Rosh HaShana, une liturgie particulière peut être célébrée en l’honneur du Créateur du Monde.

- La Fête juive des Tabernacles est, selon ses racines bibliques, une fête pendant laquelle est mis en relief le commandement de la joie. Elle a également une dimension eschatologique, puisqu’elle est la fête qui proclame le Seigneur "Roi du Monde". Dans nos communautés, nous pouvons marquer cette dimension pendant l’un des sept jours de la fête, par une célébration du Royaume de Dieu, dans une atmosphère de joie qui corresponde au commandement biblique.

L’organisation du Grand Avent

Il faut souligner que le but de ce rite est de marquer de façon tangible le lien avec le peuple juif, qui commence le cycle de la lecture de la Torah après la fête des Tabernacles ; c’est également de faire l’expérience de la communion de notre vie liturgique avec l’Eglise Universelle. On peut donc affirmer que notre année liturgique commence après le premier dimanche qui suit le samedi où est lu le texte de Bereshit (le samedi qui suit Simhat haTorah).

Deux dates constituent les points entre lesquels le Grand Avent est organisé : le premier dimanche suivant le Sahbbat Bereshit, et le cinquième dimanche avant Noël.

1. Du premier dimanche après le Shabbat Bereshit jusqu’au 5e dimanche avant Noël (qui sera appelé "Le Roi Messie, Fils de David"), l’ordre des figures mentionnées pendant le Grand Avent est le suivant : 1. Création, Adam et Eve ; 2. Noé ; 3. Abraham ; 4. Les Patriarches ; 5. Les Matriarches ; 6. Joseph ; 7. Moïse ; 8. David.

Les prières de la messe du dimanche seront relatives aux figures bibliques, afin de souligner la manière dont chacune de ces figures a frayé la voie à la venue du Messie. Le 5e dimanche avant Noël, il sera fait mémoire du Roi David, dans la mesure où sa figure est perçue comme une prophétie vivante de la venue du Roi Messie, Fils de David, qui doit naître à Bethléem.

Les lectures seront celles de l’Eglise Universelle, et chaque semaine une courte lecture sera ajoutée avant la première lecture, en lien avec la figure dont on fait mémoire.