Malgré la guerre à Gaza, un groupe d’une quarantaine d’enfants hébréophones de familles de migrants a pu profiter d’un camp d’été plein de joie et de foi.

ta_kaytana_2014_1

Du lundi 18 au vendredi 22 août, un groupe d’environ 40 enfants a profité d’un camp d’été qui se déroulait pour la première fois dans les locaux du Centre Notre-Dame Femme de Valeur dans le sud de Tel Aviv. Sept enfants de la communauté philippine de Haïfa, ainsi que trois enfants philippins et un enfant éthiopien de Jérusalem, se sont joints aux vingt-cinq enfants de la communauté philippine de Tel Aviv, et aux trente enfants de la communauté érythréenne de Tel Aviv. Les enfants sont âgés de 2 à 14 ans, et tous hébréophones.

ta_kaytana_2014_2

La kaytana était dirigée par cinq adultes : le Père David, responsable des communautés hébréophones et des migrants en Israël, le Père Roman, responsable de la communauté hébréophone de Haïfa, Sœur Claudia, de la kehilla de Jérusalem, Benedetto, séminariste pour le Vicariat Saint Jacques, et Kirill, catéchiste laïc. Trois personnes ont apporté leur présence et leur aide pour toutes les questions logistiques : les deux sœurs philippines qui vivent dans le Centre, Sœur Regina et Sœur Aurelia, ainsi que Mme Bhea, assistante administrative du Centre.

Le programme quotidien comportait de nombreuses activités : prière du matin, leçon de catéchisme sur le Corps du Christ Pain de Vie, cours de travaux artistiques et confection d’une belle tenture pour le Centre, sport, jeux, préparation de l’Eucharistie quotidienne, déjeuner partagé, film et temps de repos, puis baignade dans les piscines installées pour l’occasion dans la cour du Centre.

ta_kaytana_2014_3ta_kaytana_2014_4

Le dernier jour, le groupe est parti en expédition dans la Vieille Ville de Jaffa. Au port, les enfants ont écouté l’histoire de Jonas, et à l’église Saint Pierre l’histoire de la vision de Pierre, de son voyage à Césarée et de l’ouverture de la mission à toutes les nations.

Ce camp a été un beau moment dans la vie des communautés de migrants, et nous sommes reconnaissants à tous ceux qui l’ont rendu possible, en particulier à nos bienfaiteurs de Kirche in Not (Eglise en Détresse).

ta_kaytana_2014_5