Dima a traduit la lecture du bréviaire pour le premier dimanche de l’Avent dans l’Eglise Universelle (le 8ième dimanche du Grand Avent).

Nous ne prêchons pas seulement la venue du Christ, mais aussi bien la seconde, bien plus glorieuse que la première. La première venue a été marquée par la patience ; la seconde apportera la couronne du divin royaume.

En général, ce qui concerne notre Seigneur Jésus Christ a deux aspects. Il y a la naissance de Dieu au début, et une naissance d’une vierge à la plénitude du temps. Il y a une venue cachée, comme celle de la pluie sur une toison, et une venue encore dans le futur. A la première venue il était enveloppé d’habits emmaillotés dans une mangeoire. A sa seconde venue il sera habillé d’un vêtement de lumière. A sa première venue , il a enduré la croix, endurant la honte ; à sa seconde venue, il sera dans la gloire , escorté par une armée d’anges. Nous regardons au-delà de la première venue et attendons la seconde. A la première venue, il a dit : Béni est celui qui vient au nom de Seigneur. A la seconde nous le dirons encore ; nous sortirons avec les anges pour rencontrer le Seigneur et pleurer d’adoration : Béni est celui qui vient au nom du Seigneur.

Le Sauveur ne viendra pas pour être jugé encore, mais pour juger ceux par qui il a été jugé. A son propre jugement il a été silencieux ; alors il s’adressera à ceux qui ont commis des outrages contre lui quand ils l’ont crucifié et leur rappellera : vous avez fait cela, et j’étais silencieux.

Sa première venue était pour réaliser son plan d’amour, pour enseigner les hommes par une douce persuasion. Ce temps, que les hommes l’aiment ou non, ils seront sujets de son royaume par nécessité. Le prophète Malachie parle des deux venues. Et le Seigneur que vous attendez viendra soudainement dans son temple : cela sera sa venue.

Encore il dit d’une autre venue : Regarder, le Seigneur tout puissant viendra, et qui pourra endurer le jour de son arrivée, ou qui pourra se tenir debout à sa vue ? Parce qu’il vient comme le feu du fondeur, comme la lessive des blanchisseurs, et il siègera comme fondeur et nettoyeur.

Ces deux venues sont aussi en référence à Paul qui écrit à Tite : la grâce de Dieu notre Sauveur est apparue à tous les hommes, nous enseignant à renoncer à l’impiété et aux convoitises de ce monde, pour vivre en ce siècle présent dans la réserve , la justice et la piété, attendant la bienheureuse espérance et l’Apparition de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur, Jésus Christ qui s’est livré pour nous . Remarquons comment il parle de sa première venue et de la seconde, celle que nous attendons.

C’est pourquoi la Foi que nous professons nous a été laissée dans ces mots : Il est monté au ciel, et il s’est assis à la droite du Père, et il viendra encore dans la gloire pour juger les vivants et les morts, et son Royaume n’aura pas de fin.

Notre Seigneur Jésus Christ viendra dons du ciel. Il viendra à la fin du monde, dans la gloire, aux derniers jours. Il y aura la fin du monde , et le monde créé sera renouvelé.